Darshan

Humeur actuelle : ça me gave

J’ai pu réaliser un des mes rêves, voir la troupe Zingaro.

Cette année Bartatabas a fait le choix de ne pas faire de tournée, le spectacle se passe au fief des Zingaros, c’est-à-dire à Aubervilliers.

Je n’avais jamais vu de spectacle équestre, donc j’y suis allé sans à-priori. Et c’était magnifique.

Le spectacle est si déroutant que je pense que chacun se fait sa propre opinion de ce qu’il voit. Pour moi, c’étaient différents tableaux à influence orientale, de guerre ou futuriste.

Le principe est que les spectateurs sont sur la scène centrale et que le spectacle est autour de nous. La scène où nous étions assis tournait, en face de nous des sortes d’écrans transparents. Les chevaux et les acteurs passaient devant et derrière ces écrans, ainsi un jeu d’ombres chinoises et de lumières se fait.

Comme je l’ai dit c’était très déroutant car il n’y a pas de véritable histoire, mais en même temps c’est très beau car la musique, les images sur les écrans, les ombres… tout cela fait vraiment un spectacle étonnant.

Pour la culture générale, le darshan ou darshana (du sanscrit दर्शन, « vue, vision ») est un terme religieux de l’Inde qui signifie « vision du divin » ou « être en présence de la divinité ».

Le Darshan est un moment où le dévot est en contact visuel avec l’idole d’un dieu, un avatar, un maître spirituel vivant ou la représentation d’un maître défunt.

Il peut s’agir d’une vision concrète (être en présence du maître et recevoir sa bénédiction) ou une vision intérieure déclenchée par l’émotion des circonstances (lieu, méditation, etc.).

Cette dernière définition correspond très bien au spectacle.

Trois bémols tout de même :

– Ne pas regarder vers le sol car comme le plateau tourne lentement, cela m’a donné un peu mal au coeur.

– Je l’avoue, j’y suis allé pour voir entre autre Bartabas car c’est un grand artiste, mais on ne le voit que dans l’ombre lorsqu’il signe son spectacle. Cette fois, il laisse intégralement la place à sa troupe qui est sublime de beauté.

– Et une sensation d’inachevé, mais je ne sais pas en quoi, comme si le spectacle ne nous en disait pas assez

Mais j’ai pu quand même voir Bartabas car il est passé devant moi perdu dans ses pensées. J’étais comme une petite groupie muette d’admiration !

Publicités

Inspiré ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s