Cinéma et humeurs

Ce blog présente les films que j'ai vu et mes humeurs pour ceux que cela intéresse.


Poster un commentaire

The Giver

Humeur actuelle : quand on s’habitue au beau temps, le mauvais temps revient

The Giver

Bon, je préviens : j’ai regardé le film sans le son donc il est possible qu’une partie de l’atmosphère du film m’ait échappé. Mais pas suffisamment car j’ai beaucoup aimé ce film.

Je commence à être lasse de tous ces films pour ados et super héros. Ces films sont vraiment sans saveur;

Mais celui-là m’a plu car malgré le sujet, il est humain et servi par de très bons acteurs. Il ne veut pas épater par une surenchère d’effets spéciaux mais faire passer un bon moment tout en faisant réfléchir.

Pour une fois je n’ai pas lu le livre, du coup petite leçon de culture pour moi et pour vous : The Giver est un film adapté d’une tétralogie littéraire de Loïs Lowry. Le premier tome parut en 1993 et fut suivi de trois autres tomes, « Gathering Blue » (2001), « Messenger » (2005) et « Son«  (2012). Comme dans le film, l’oeuvre originale suit le destin de Jonas lorsqu’il est décidé qu’il sera le prochain « Giver ». Il n’a cependant pas encore été précisé si les suites du premier roman seront elles aussi adaptées pour le grand écran, d’autant plus que seul « Son » est un sequel direct de The Giver. Les deux autres tomes se placent dans le même univers mais dans une temporalité et avec des personnages différents.

Je vous le recommande car ce n’est pas qu’un film pour ado, mais un film où l’on passe un bon moment.

Quoi de neuf ? Ma cuisine avance et je vais voir le PSG-Metz la semaine prochaine. Donc assez satisfaite actuellement.


Poster un commentaire

Les apparences

Humeur actuelle : fatiguée mais le moral est bon !

Ou : « Gone girl »

Gone Girl

Vous avez pu remarquer que les posts se raréfient, mais il s’avère que je regarde moins de films qu’avant. De plus je n’ai plus envie de commenter tous les films que je regarde, mais seulement ceux qui me marquent vraiment, en bon ou en mauvais.*celui justement m’a marqué mais en bien !

Tous les personnages sont un peu tordus, mais personne n’arrive à la cheville de ce couple. Evidemment Amy l’est un peu plus.

Il y a différents degrés chez l’être humain et dans la société : comment on est, comment on se perçoit, qu’est-ce qu’on choisit de reflèter, comment on est perçus. Toutes ces strates sont abordées dans ce film, mais montre également également la manipulation extrême pour être perçus comme on le voudrait.

Amy excelle dans ce domaine, et Nick se laisse enfermer par elle de façon machiavélique, mais même si j’ai de la compassion pour lui car il termine dans une prison, on se dit que cela ne lui serait peut-être pas arrivé si il avait été un plus honnête.

Enfin je ne suis pas d’accord quand on dit que ce film est masculiniste ou féministe. Il serait féministe parce que pour une fois les femmes ont le pouvoir ?

Bref je vous le recommande, il est prenant du début à la fin.

Fatiguée par de de chouettes week end dans le sud et à Bordeaux, avec de la bonne chaleur. mais ce week end repos !!!!

Sinon les billets pour le Québec sont achetés, l’hôtel est réservé. vivement août :)


Poster un commentaire

Boyhood

Humeur actuelle : printanière

Ce film est très joli en suivant la vie d’un garçon de l’âge de 6 ans à 18 ans et sa famille. Beaucoup pourront se reconnaîtront à travers ces parents divorcés mais très aimants, la soeur un peu casse-couille et les rêveries de Mason.

Le seul défaut est qu’est-ce qu’il est long !!!! deux heures trente ! Malheureusement tout est nécessaire dans ce film, aucune scène ne peut être coupé même les longueurs.

Donc ceux qui n’aiment pas les histoires de vie tranquille, passez votre chemin. mais ceux qui aiment prendre leur temps et voir des films sur la vie, vous aimerez.

Sinon une fleur a poussée dans ma jardinière, le soleil devient plus fréquent, j’essaie d’arrêter de fumer.

boyhood


Poster un commentaire

Ветка сирени

Humeur actuelle : positive !!!

ou : « Lilacs », ou « Rachmaninov ».

J’avoue, au premier abord je n’ai pas aimé ce film.

Il aborde la période américaine de Sergueï Rachmaninov, une période de frustration pour lui car il n’arrive plus à composer et son public ne lui demande que d’interpréter ses  partitions.

Il est très bien joué, on sent la nostalgie russe, le film aborde également l’enfance de l’artiste et ce qui a amené le virtuose aux Etats-Unis.

Mais ce qui m’a déplu est que l’on survole tout, rien n’est vraiment approfondi. J’espérais un peu plus d’information sur sa démarche de compositeur, par exemple celle de la création de Deuxième concerto pour piano, opus 18 qui a été créé à la suite de sa dépression causé par l’échec de sa première symphonie, opus 13.

Je suis désolée d’être si dure. Heureusement, quand je suis frustrée face à un film ou si je ne l’ai pas compris, je vais voir d’autres critiques et celle de Piano bleu m’a fait plus apprécier ce film. Cependant je ne change pas d’avis, si on ne connaît pas un minimum la vie de l’artiste, on se retrouve face à un très beau téléfilm de luxe, mais pas face à un film qui pourrait prétendre nous faire passer un beau moment au cinéma.

Point positif : j’ai envie d’un beau lilas blanc. je vais voir si je peux en mettre un sur mon balcon.

Rachmaninov