Clap de fin

Humeur : la boucle est bouclée

Pas de film pour ce dernier post.

Le blog a 10 ans et il est temps de le finir car j’attaque un nouveau projet : l’écriture !

J’ai écrit l’introduction et la conclusion. J’ai les idées et je sais ce que je veux écrire, mais comme je manque d’expérience, l’écriture de mon ouvrage va être plutôt longue.

Si j’y arrive, je reviendrai sur le blog dans 5 ans jour pour jour, pour vous dévoiler mon « livre ».

Sinon, je vous conseille en attendant de continuer à lire, d’aller au cinéma, de vous informer sur notre petite planète et de vous ouvrir vers le monde en étant bienveillant.

Et surtout de profiter de la vie, car on n’a qu’une vie malgré tout.

Après ce speech fort émouvant et à faire pleurer les chaumières, je me souhaite un bon anniversaire et souhaite un bon anniversaire à ma grande sœur.

Sur ce, je vous tire ma révérence !

boulette et moi

« Et si on essayait d’être heureux, ne serait-ce que pour montrer l’exemple ? » – Prévert

Mr. Popper’s Penguins

Humeur actuelle : humeur de pingouin

Alors même si j’ai passé un bon moment, c’est quand même un film pour les enfants. personnellement, je l’ai regardé car j’aime beaucoup les pingouins (je n’avais également rien à faire) et les enfants aimeront beaucoup ce film (surtout s’ils aiment les pingouins !).

Pour la culture générale, ce film est  tiré d’un livre pour enfants écrit par Richard et Florence Atwater et paru en 1938 sous le titre « M. Popper et ses manchots » (« Mr. Popper’s Penguins » ).

Grâce au titre de l’ouvrage, on peut donc comprendre que dans le film, nos pingouins sont en réalité des manchots et ce sont des manchots papou. Si vous voulez connaître la différence entre un petit pingouin et un manchot papou, lisez ce lien et vous saurez tout ! 

Si vous aimez également les pingouins, vous pouvez lire le livre « Le Pingouin » d’Andreï Kourkov qui est génial : . Absurdité et poilade garanti avec un pingouin dépressif.

Enfin il existe un blague sur les pingouins : Un pingouin respirait par le cul. Il s’assoit et il meurt.

Maintenant dites-moi combien j’ai écrit le mot « pingouin » dans ce post !